vendredi 18 août 2017

Série- Sur les bords- Tour de France 2017

Hommage à la frénésie du Tour de France, à ces milliers de têtes casquées présentes sur les bas-côtés, prêts à attendre des heures pour un coup de vent. A ces fans venus du bout du monde, le drapeau colombien sur les épaules, le gilet orange volant aux vents, le visage rôti par le soleil bien français. Alors oui, on beugle derrière la barrière surtout quand le char Pressade balance des jus de fruits par la fenêtre. Et même qu'on se roule par terre en marchant sur les doigts de la gamine d'à côté pour avoir la casquette dégueulasse de Skoda. On fait de grands signes à ce vieux derrière la vitre teintée de sa Berline en croyant que c'était Hinault ou Poulidor. Ah! C'était vraiment eux ?! De tout ce petit monde bariolé je fais partie et j'adore ! Longue vie à ce camping-car-fan-club de Pierre Latour !
















défi des 7 majeurs - épisode 1

Un an de motivation sur ce magnifique parcours, avec pour objectif d'ajouter les deux compères italiens à ma collection. Un an à m'imprégner des lieux. C'est donc avec une surmotivation accrue que nous nous retrouvons à Briançon pour notre désormais célèbre périple alpin annuel, en bonne compagnie de Paul qui veut atteindre 24 000km , Sylvain, Edouard en prépa embrunman et mon père en directeur sportif . Après un Tour du Mont-Blanc en 2015, un Tour d'Andermatt en 2016 , place aux 7 majeurs en 2017, découpé en 2 étapes : Briançon-Isola 2000 puis Isola2000-Guillestre

Col de l'Izoard:

Ca commence tranquillement par la face nord de l'Izoard, des pourcentages abordables malgré une vingtaine de km. On apprécie le magnifique passage en forêt qui s'ouvre sur l'aride sommet et son refuge Napoléon. Devant la stèle se déploie la magnifique  casse-déserte, théâtre des affrontements mythiques d'antan, miroir des exploits de Bobet et Coppi dont les icônes trônent dans la caillasse. Véritable terre de pélerinage pour cycliste et pour les cohortes de camping-cars déjà installés en vue du Tour de France. La descente sillonne dans les profondes gorges du Guil.

Col de Vars:

Le moins connu et moins alléchant, pourtant il faut bien s'y atteler. Une chape de chaleur s'ajoute à la pente des premiers lacets champêtres du col de Vars. Une longue procession s'étend avant d'atteindre la station. Et normalement, dans une station, un replat bien mérité se précise mais là, que nenni et les pourcentages se corsent. Au sommet, on s'élève dans les verts pâturages. La vue se débloque alors sur les sommets alentours ! C'est pour ça qu'on adore l'escalade des cols !

Col de la Bonette:

Le mythe, le géant se dresse devant nous et notre digestion du casse-croûte. Dès les premiers km, on s'y sent bien ! Le géant nous épargne et nous invite à poursuivre l'ascension. On franchit un défilé minéral où la rivière se jette à pied joint. Ce passage ouvre sur la deuxième moitié du col. La pluie s'invite à la partie. Les arbres ont délaissé les parages, place à la haute montagne à plus de 2000 m d'altitude. On serpente au gré du relief, entre les baraquements abandonnés de l'armée comme repoussée par les éléments. La rudesse du paysage est saisissante, les nuages assombrissent les sommets déjà peu accueillants. La cime se dévoile enfin au détour d'un dernier cirque. 2860 m d'altitude, ça mérite bien quelques photos collectors même si les orages accélèrent la besogne et viennent nous faire claquer des miches. La descente s'annonce périlleuse, mouillée et très longues jusqu'à Isola.



Col de la Lombarde:

Dernier col de la journée déjà bien longue et épuisante. Les trombes d'eaux qui s'abattent sur nous auront raison de Sylvain, la crevaison en plus pour Edouard. Rincés jusqu'aux os pendant les deux premiers km heureusement en montée, le rythme est jovial et chantant. Ça sent grandement l'écurie. Le col est somptueux et virevolte en fond de vallée encaissée, jouant avec les méandres de la rivière. Quelques tunnels éprouvent mes talents euphoriques de gueuleur public. Les encouragements de mes partenaires ne font que booster un moral déjà à bloc.  La Station d'Isola 2000 apparaît comme point d'orgue de cette journée incroyable !

Bière-bonne nuit sont au programme des prochaines heures !
















vendredi 28 juillet 2017

Topologie d'un mythe - 3 jours au pied du Ventoux

Le col Agnel est magnifique, dur au mal et aussi haut que possible. Mais voilà, Agnel n'est pas un mythe. Pourquoi le Mont Ventoux en est un, de mythe ?

Géographie: Le chauve se dresse sur la vallée du Rhône, seul, phare majestueux fracassé par les vents, asséché par les canicules et figé par le blizzard en hiver. Pas de concurrence et ce n'est pas le col de l'homme mort qui rivalisera. Agnel se retrouve empêtré entre Izoard et Bonette, entre France et Italie. Il fleurte avec les nuages mais juste un peu en dessous de l'Iseran.

Histoire: Des visites de Tour de France semblent être un passage obligatoire pour la gloire. Du charly Gaul, du Virenque, des affrontements Armstrong/Pantani. Le summum pour les vieux, le décès de Simpson lors de l'étape de la soif, la défaillance de Merckx, le cannibale ! qui finira en ambulance et le 3000m steeple de Froome plus récemment. Du côté d'Agnel, une chute de Kruijswijk en 2016 qui laissera la tunique rose à Nibali. Bof quoi! 

Ainsi le Ventoux agit comme un aimant sur qui aime la grimpette, donc moi compris. Les 3 jours à dormir à Sault n'ont fait qu'attiser un feu déjà bien vaillant. Malheureusement, les rafales à coucher les pins  dans la vallée ont raison de ma sagesse. Bien m'en a pris. Je suis monté en voiture et qu'ai-je trouvé au sommet ? Des bourrasques encore bien plus puissantes, un brouillard épais et une température proche de 0°. C'est donc en bon samaritain que j'ai sauvé ces trois cyclistes anglais qui descendaient en clodiquant, proche de l'hypothermie au col des Tempêtes. Et que penser des centaines d'autres qui affrontait la pente et le blizzard sans manchette ni veste ? Des inconscients ? ou de simples Frodon aimanté par la célèbre tour et la reconnaissance des pairs. 

Pas de sommet pour moi cette fois, juste une volonté renforcée d'y retourner. 








samedi 24 juin 2017

Topologie du grand col - une journée au Galibier -

Qu'elle a eu raison cette route de faire l'école buissonnière, de fuir ce fond de vallée, de prendre la poudre d'escampette vers la droite. Adieu cheminées et hangars désaffectés, elle s'en va respirer l'air frais. Certes , il lui faut s'extirper des derniers hameaux avant d'atteindre son rythme de croisière. Mais bientôt, elle sillonnera entre les bois de basse altitude, fleurant le pin et la noisette. La torpeur d'en bas cède sa place sous les ombrages. Le coup de pédale du cycliste est encore léger. Bien sûr, le grand col présente une route large, aussi large que sa renommée. Sur les bas côtés, se présentent à rythme régulier les bornes blanches et jaunes, ces spectatrices de tout temps, qui ont assisté et assisteront encore à bien des duels du mois de juillet, de Coppi contre Bartali à Froome contre les autres. La borne est là, avec sa sentence de mise à mort : sommet 16km, 9%. 

Viennent alors, les premiers chalets de la station de ski, car si la renommée est historistico-cycliste, elle s'est aussi forgée à grands renforts de canon à neige. C'est aussi l'ultime occasion de se ravitailler avant la suite des hostilités. A cet altitude, la forêt se dissipe et les alpages prennent le relais rapidement. Les baraques de bergers trônent au milieu des foins, insensibles aux intempéries . Les troupeaux semblent là depuis la création et ce berger, en appui sur sa canne, contemple ce tableau. Comme s'il avait compris bien avant les autres, les sagesses de la vie. Sommet. 12km

Comme une gigantesque machine à remonter le temps, la végétation disparaît. Le minéral, la roche, la dureté s'emparent des lieux. Ami cycliste, sois fort ! L'oxygène s'évapore, la pente se redresse inexorablement. La diva ne se laisse pas apprivoiser ainsi, il faudra lui montrer ta ferveur. La route serpente désormais comme elle peut. Le revêtement se craque sous les morsures du temps. Le sommet est là, si proche mais si loin à la fois. Les coups de peinture sur le bitume évoquent les forçats de la route. Sommet 5km;

Le grand col est une diva en tenue de soirée lovée dans son manteau de neige. Les prétendants viennent  de loin pour admirer ses strass et paillettes. Et on se fait beau s'il vous plait ! Comme en témoigne cette enfilade de Ferrari-Lamborghini-Maserati-Porsche que j'ai croisée dernièrement sur les pentes du Galibier. A moins qu'elle ne soit plus sensible au cuir rock n' roll des motards. Sommet 2km. 

Le col est là, sur le fil, surplombant les deux vallées et offrant un point de vue privilégié. On devient l'espace d'un instant ce rapace qui domine le décor.  Le détour en valait vraiment la peine. L'effort aussi.  Et bien évidemment, on fait son selfie devant le panneau pour pavaner devant les copains, comme si cela faisait parti du voyage finalement. #colderêve #galibieraddict #jouelacommePantani #coucoulescopainsjesuisplushautquevous ! 

Alors seulement, on se met debout sur le muret, face au lointain et on écarte les bras, parce qu'on est là , parce qu'on est bien!  















mercredi 21 juin 2017

Transmutation alpine

Le vent des classiques vient à peine de caresser mes cheveux que le Giro fait tourner ma girouette de tête. Mince plage de transition pour perdre les kilowatts de puissance flandrienne et devenir un microgrimpeur hispanophone, mince plage de transition pour migrer de Oudenaart à Bormio.

La lecture de "Sur le Giro 1949"  de Dino Buzzati  et les  envolées de Pinot font résonner les noms aériens - Stelvio, Mortirolo, Gavia, Giau , madone de Ghisallo, Blokhaus , agissant sur moi comme un aimant sur la limaille. Un seul mot d'ordre, débusquer des lacets, du dénivelée et un panneau au sommet, et vite !

Il faut dire que j'ai un objectif en point de mire qui nécessite cette transition énergétique: le tour des 7 majeurs (Izoard, Vars, Bonette, Lombarde, Fauniera, Sampeyre et Agnel) en bonne compagnie, celle des fidèles du pèlerinage alpin annuel. Ouverture des hostilités vers le mont du Chat, puis passage obligé à la Croix de Fer et enfin, don du sang dans les 21 mythiques lacets. Ce jour-là, j'ai compris que chaleur et vélo ne faisaient vraiment pas bon ménage.

Sus aux cols !